Carreler durablement: une deuxième vie pour les chutes de carrelage

 

Elting, entreprise familiale basée à Groningue (Pays-Bas) et spécialisée dans le stucage et les finitions, applique systématiquement depuis des années le principe de durabilité dans ses activités. Non seulement pour répondre à la demande de ses clients, comme la corporation de construction de logements Nijestee, mais surtout parce que cette entreprise a conscience de ses responsabilités en termes de qualité du travail et de respect de la planète et de l'environnement. Comme le dit plus modestement son propriétaire M. Jan Elting: "Plus que  de grandes phrases j’ai toujours à l’esprit la réalité quotidienne. La mise à l'ordre du jour de la durabilité et de l'environnement doit se faire par le biais d'une collaboration entre les fournisseurs et leurs clients. Nous devons agir ensemble et prendre le problème à la base. Cela ne concerne pas seulement les matériaux, mais aussi les personnes. Ma vision en la matière correspond parfaitement à celle de Mosa. C’est la raison pour laquelle je travaille exclusivement avec eux."

 

Projet unique Take Back

M. Elting ajoute en riant: "Je suis en effet accro à Mosa … et je vous fais l’aveu que je possède dans un placard un service à café complet de Mosa qui date de 1940. Je l'ai trouvé tout à fait par hasard et n'ai pu résister à l’acheter. Mosa est une belle entreprise. Cette société néerlandaise dispose d'une superbe usine en plein milieu d'un quartier d'habitation. Ils font beaucoup d'efforts pour augmenter la qualité de vie et leur vision en matière de durabilité est tout à fait conforme à la nôtre. Les raisons ne manquent donc pas de collaborer. Lorsqu'ils m'ont approché pour participer au projet Take Back, je n'ai pas eu besoin de réfléchir longtemps. Je ne supporte pas de voir comment les gens jettent facilement ce dont ils n'ont plus besoin. Si un objet ne fonctionne plus parce qu'il est usé, d'accord, il vaut mieux s'en débarrasser, mais jeter avec nonchalance, cela je ne peux le comprendre."

 

Les gens veulent beaucoup pour rien, alors que ce devrait être le contraire quand on voit ce que l'on jette inutilement.

 

M. Dorien van der Weele (au Développement commercial chez Mosa) ajoute: "Nous avions déjà de l'expérience dans le recyclage des chutes issues de la production de carrelage. C'est à partir de là que l'idée nous est venue de collecter également les chutes de découpe des carreaux Mosa sur les chantiers. Nous avons approché un groupe de carreleurs intéressés pour leur faire part de notre idée. Dorénavant, ces entreprises rassemblent, pendant les travaux, les chutes de découpe de nos carreaux et les renvoient à Mosa. Nous recyclons alors ce matériau ici à Maastricht. Nous avions déjà souvent collaboré avec M. Jan Elting et savions qu'il accordait une grande importance à une bonne gestion des déchets et aux résidus de matériaux. Il a donc été facile de s'entendre. Cette entreprise joue également un rôle unique dans ce projet, car elle est la première à avoir créé un point de collecte sur son propre terrain." M. Elting poursuit: "La durabilité est à notre avis une question de communication et de sensibilisation. Le fait de rassembler les chutes de carreaux, les cartons de leurs emballages et les bandes de plastique demande peu d'efforts aux carreleurs. Les jeter à la benne à ordures ou bien dans un conteneur destiné au recyclage revient au même. Cela n'exige pas de manipulation supplémentaire. Les frais sont identiques pour l'enlèvement des conteneurs, mais de cette manière on peut réutiliser les déchets. C'est cela notre objectif." M. Dorien van der Weele explique: "Il importe sur ce point d'être des partenaires et d'examiner quelle plus-value nous pouvons nous apporter mutuellement à long terme." M. Elting acquiesce: "Nous ne pouvons pas continuer de produire comme on le fait actuellement. Pourquoi remplacer des voitures ou des outils qui ne sont pas encore usés? Je préfère utiliser ma voiture encore plusieurs années. Il faut réfléchir à ce genre de détail, et se rendre compte que la durabilité n'est pas seulement une question de matériau, mais aussi et surtout de comportement. Cela concerne les gens. Tant le personnel et les fournisseurs que les clients."

 

Elting-C2C-case-03.jpg

 

Elting-C2C-case-07.jpg

 

Elting-C2C-case-02.jpg
Elting-C2C-case-01.jpg

 

Elting-C2C-case-05.jpg

 

Elting-C2C-case-04.jpg

 

Construire et rénover autrement

"M. Elting a parfaitement intégré cette philosophie." ajoute M. Michel Beek (responsable de l'entretien non planifié chez Nijestee) qui ne cache pas son estime pour l'entrepreneur. "Nous lui faisons confiance depuis des années. Nous sommes sur la même ligne, tant en termes de gestion d'entreprise que d'orientation client. Ils travaillent de manière novatrice, également en relation avec nos clients. Ils leur accordent l'attention nécessaire, communiquent avec eux et les informent avec soin. La rénovation d'une salle de bains a par exemple un fort impact. Chez Elting tout est mis en œuvre pour réduire au maximum les nuisances, et cela non seulement en termes de durée que d'intensité. Ils s'occupent également activement de la gestion des attentes et discutent avec nos locataires des processus en cours. Ils appliquent en outre de nouveaux développements qui s'appuient sur des techniques originales. Ce que nous remarquons en fait chez eux, c'est une optimisation constante des processus concernant les clients, les moyens, les outils et les machines." M. Elting acquiesce: "Cette attention est liée au fait que je souhaite changer l'image que l'on se fait habituellement d'un ouvrier du bâtiment. Ils sont considérés comme des personnes qui font de la poussière et du désordre, qui fument et boivent du café et qui ne travaillent pas toujours à un rythme soutenu. À mon avis, c'est par là qu'il faut commencer. Par le début. Il faut voir l'ouvrier du bâtiment comme un artisan qui prête attention à son travail, à ses matériaux, à ses outils et bien sûr à ses clients. Je m'attelle à cette tâche avec ardeur. Je veux que mes employés se sentent bien et sachent que je réfléchis avec eux et que je me soucie de leur bien-être. S'ils se sentent bien dans leur peau et qu'ils sont prêts à modifier leurs habitudes, c'est aussi profitable pour nos clients. Cela est également un aspect qui fait partie du concept de durabilité."

 

Mosa garantit des livraisons ultérieures jusqu'en 2040

Comme l’explique M. Dorien van der Weele: "La vision de Elting est en avance par rapport à 90 % du marché. Vous utilisez aussi des tablettes pour les processus de travail, n'est-ce pas?" M. Elting acquiesce: "En effet. C'est plus efficace et plus informatif sur le plan logistique. Nous avons supprimé les bons de commande et sommes en permanence en ligne avec nos employés. Nous savons tous exactement qui fait quoi à un moment donné. Nous ne notons pas seulement les fonctionnalités, mais aussi les caractéristiques d'un logement. Le sol est-il recouvert d'une moquette ou d'un plancher, les habitants sont-ils jeunes ou âgés, est-ce un logement au rez-de-chaussée ou non? Est-il question de différences de culture? J'estime qu'il faut porter une grande attention à notre manière d'approcher les gens." 

 

Travailler de manière durable n'est pas cher.

 

M. Beek explique: "C'est justement cette attention qui, outre le prix et la qualité, fait pour nous la différence. La responsabilité sociétale des entreprises est un point fondamental dans toutes les concertations d'achat et les discussions de contrat. La durabilité y occupe une place importante. Des entreprises comme Elting et Mosa en tiennent compte. Elles se distinguent par leur méthode de travail et offrent encore quelque chose d'essentiel en travaillant selon le principe Cradle to Cradle. Mosa offre en plus une garantie de livraisons ultérieures de ses carreaux jusqu'en 2040. Grâce à son choix de gammes - qui offre une sélection variée et luxueuse - nous pouvons, en tant que corporation de construction de logements, restaurer sans problème des carrelages qui auraient été endommagés. En bref, il n'est pas nécessaire de carreler à nouveau des murs entiers. Cela aussi relève de la durabilité à mon avis."

 

L'avenir du recyclage des carreaux

Des étapes importantes sont actuellement franchies pour boucler le cycle en termes d'utilisation des matières premières. Chacun admet toutefois qu'il reste de nombreux défis. Mais la solution ne devrait pas tarder si l'on procède par petites étapes en continuant d'innover et de se soutenir mutuellement dans ces efforts. Comme l’explique M. Dorien van der Weele: "Nous effectuons actuellement chez Mosa une étude technique sur la manière de traiter les déchets de démolition de carrelages. Les carreaux provenant de murs ou de sols comportent en effet toujours des restes de colle, de mastic ou de ciment. Ce ne sont pas toujours non plus nos carreaux et nous ne pouvons donc pas garantir que la couche d'émail soit exempte de plomb et de cadmium. Nous ne maîtrisons pas encore cet aspect, mais cela devrait être possible à l'avenir. Nous réfléchissons donc ensemble à ces questions." M. Elting ajoute: "Le projet Take Back est en l'occurrence une étape intermédiaire idéale pour nous tous, pour acquérir de l'expérience en termes de processus, de logistique et de recyclage. Nous avons renvoyé à Noël les premiers conteneurs avec des chutes de découpe propres à Maastricht: 10 mètres cubes qui ont été réintégrés au processus. C'est un joli début, car comme on dit, les petits ruisseaux font les grandes rivières."