Novotel Hoofddorp
Mulderblauw architecten

Aller à références et études de cas

 

L'architecte, un conteur d'histoires

« La mise en œuvre de solutions durables dans l'hôtellerie peut aller bien au-delà du lavage moins fréquent des serviettes, des douches plus courtes ou du retrait de la carte-clé pour couper l'électricité. Il peut même arriver que les résultats positifs des mesures durables permettent de redonner aux clients un peu plus de luxe. Voilà précisément ce à quoi il faut réfléchir en tant qu'architecte. » Ce sont-là les mots de Robert Mulder du cabinet Mulderblauw architecten de Zoeterwoude, qui a conçu l'extérieur et l'intérieur du nouveau Novotel à Hoofddorp qui compte 314 chambres.

 


 

Raisonner à l'envers

Également actif dans d'autres secteurs, le cabinet de Mulder s'est entre-temps spécialisé dans l'hôtellerie (réalisation des intérieurs et extérieurs). En ce moment, il travaille sur l'extérieur (en collaboration avec Paul de Ruiter Architects) et l'intérieur (avec The Invisible Party) de l'Hotel Amstelkwartier à Amsterdam, amené à devenir l'hôtel le plus durable d'Europe. Mulder : « Les hôtels sont des bâtiments semi-publics, dans lesquels on peut revenir régulièrement pour déterminer si et comment les applications fonctionnent. En ce qui me concerne, le séjour dans un hôtel doit être une fête pour un client. Il ne faut pas vouloir imposer des mesures durables d'une manière calviniste, mais exciter la curiosité du client afin que celui-ci se demande pourquoi l'architecture et l'aménagement ont été réalisés de la sorte. C'est une tâche inspirante. À nos yeux, la durabilité va au-delà de la réflexion sur la réduction de la consommation énergétique ou l'utilisation intelligente des matériaux. En tant que cabinet, nous pensons que les aspects humains et sociaux priment dans nos projets et nous nous engageons dans ce sens. Cette démarche est primordiale. La durabilité en découle. La durabilité est en effet une question d'avenir, de ce que nous transmettons à nos enfants. Et notamment de la possibilité de modifier la fonction d'un bâtiment à long terme. Il ne faut donc pas construire des bâtiments sur mesure à usage unique, mais des bâtiments qui conviendront à l'avenir à d'autres utilisateurs. Ce raisonnement implique de ne pas penser seulement en termes de forme de bâtiment et de cahier des charges, mais en termes de valeur pour l'avenir et par conséquent en possibilités et principes durables. Nous raisonnons donc à l'envers. Cette démarche nous permet à chaque fois de rechercher les limites à l'intérieur des concepts.

 

Novotel-Hoofddorp-10.jpg
Novotel-Hoofddorp-12.jpg

 

Travailler ensemble, c'est grandir ensemble

« Cela vaut également pour le Novotel à Hoofddorp que nous avons livré fin 2015. Là aussi, nous sommes allés plus loin, car nous voulions que l'hôtel puisse à terme et avec des modifications minimales être utilisé, par exemple, comme immeuble de bureaux voire même de logement permanent. À mon avis, la flexibilité du bâtiment participe donc - outre l'utilisation des matériaux, les techniques et l'aménagement des espaces - à la durabilité. » Miranda Ensink, graphiste et coresponsable de la conception de l'intérieur et de la façade, ajoute : « Dans ce sens, le terme de designer est peut-être trompeur. Il faut en effet penser en termes de fonctionnalité et non de résultat final. C'est la seule façon de s'ouvrir à de nouvelles perspectives et collaborations et de créer quelque chose de nouveau. Cela stimule l'innovation au sein du processus de création. » Mulder : « Ceci se reflète aussi dans la collaboration avec Mosa. Cette entreprise se distingue non seulement en produisant de manière durable des carreaux Cradle to Cradle aux Pays-Bas, mais également en faisant la part belle à la concertation. À chaque fois, les designers de Mosa explorent différentes possibilités avec nous, afin de réaliser quelque chose de spécial. Cette collaboration est essentielle car elle permet d'améliorer le concept final. Mosa connaît les limites des machines et des processus céramiques. C'est un facteur déterminant. Dans ce sens, le designer ne peut jamais imposer son avis. Il ne faut pas lutter contre un processus de production, mais le respecter. On doit prendre les réponses au sérieux, les tester ensemble pour créer les meilleures solutions. »

 

Novotel-Hoofddorp-02.jpg
Novotel-Hoofddorp-04.jpg
Novotel-Hoofddorp-08.jpg

 

La force de la céramique

Mulder : « Pour le Novotel Hoofddorp, nous voulions une façade claire à l'aspect doux. Nous souhaitions par ailleurs intégrer les éléments de la nature environnante dans le projet. Il aurait été difficile d'y parvenir avec du métal ou du verre. La céramique n'était pas un choix évident non plus, car l'ensemble ne devait pas ressembler à une salle de bains. Ce matériau permet cependant de déterminer les couleurs et le « look-and-feel » de la surface afin d'obtenir l'aspect souhaité. Nous avons donc intégré l'idée des roseaux qui bordent les canaux de Haarlemmermeer dans la conception et avons cherché avec Mosa comment évoquer les hampes de roseaux dans les carreaux jusqu'au sommet du bâtiment. Ces efforts conjugués pour déterminer ce qui était possible au niveau du processus de production ont conduit à une création toujours plus abstraite. Le résultat est une façade où un jeu intense d'ombre et de lumière a été créé en alternant des surfaces mates et brillantes. Les carreaux n'affichent pas seulement leur propre impression (une encre extrêmement brillante imprimée sur une couche d'émail mat pierre), mais reflètent également le véritable paysage et les différentes nuances du ciel hollandais. » Ensink : « Le résultat est encore plus beau que nous n'osions l'imaginer et l'effet est captivant, quel que soit le point de vue par rapport à la façade. Et ce jour après jour. »

 


« Le résultat est encore plus beau que nous n'osions l'imaginer et l'effet est captivant, quel que soit le point de vue par rapport à la façade. Et ce jour après jour. »

Novotel-Hoofddorp-14.jpg


« Nous pourrions très bien concevoir un hôtel ultra high-tech, mais nous pensons que lorsqu'un projet ne comporte pas cette composante humaine et sociale, nous avons complètement manqué le coche. »

 

Le vécu client avant tout

Mulder : « Outre l'utilisation des carreaux recyclables - tant sur la façade que dans l'hôtel - nous avons réalisé des façades à valeur d'isolation élevée, posé des toits végétalisés et utilisé des structures de colonnes. Ces dernières allègent la masse, réduisent le poids du bâtiment et contribuent donc à une diminution substantielle des matières premières utilisées et donc de la consommation énergétique. Nous avons par ailleurs conçu une solution intelligente pour les fenêtres des chambres de l'hôtel. Le point de départ était bien entendu le vécu du client, mais également le souhait d'utiliser le moins possible de verre pour lutter contre les pertes de chaleur et de froid. Nous avons finalement opté pour des fenêtres verticales étroites, qui sont placées en retrait dans la façade. Ce choix semble peut-être peu évident au premier abord, mais grâce au positionnement vertical des fenêtres jusqu'au sol, la lumière pénètre davantage dans la chambre d'hôtel. De plus, le placement en retrait dans la façade crée plus d'ombre lorsque le soleil brille. La température dans les chambres est de ce fait moins élevée et celles-ci doivent être moins refroidies. Ces deux effets sont spectaculaires et, au final, déterminants dans la manière dont le client perçoit son séjour. Je ne répéterai jamais assez que l'aspect humain est le point de départ essentiel de la conception. Cela ne vaut pas seulement pour les chambres d'hôtels, mais également pour les espaces publics. Un individu ne doit pas s'y sentir perdu ou seul. Nous avons donc créé des espaces intimes et clairs, comme des îles, qui se fondent les uns dans les autres pour donner une dimension humaine à l'atrium. Voilà l'essence de nos créations. Nous pourrions très bien concevoir un hôtel ultra high-tech, mais nous pensons que lorsqu'un projet ne comporte pas cette composante humaine et sociale, nous avons complètement manqué le coche. »

 

Novotel-Hoofddorp-13.jpg
Novotel-Hoofddorp-09.jpg


« Cet aspect ajoute, comme l'ensemble de notre projet, une histoire au plan du maître d'ouvrage, au bâtiment. »

 

Communauté

Mulder : « Pour renforcer cet aspect social, nous avons combiné dans l'intérieur de l'atrium - qui est transparent, clair et convivial grâce à un toit en verre - des sols carrelés entrecoupés de voilages, de tapis et même de sols en bois. Il en résulte des îles contemporaines, connectées les unes aux autres, qui favorisent l'interaction. Ce sont des espaces conviviaux. Ensink explique : « Pour les tapis et parfois aussi pour le papier peint, nous avons pu utiliser des œuvres de la collection du Rijksmuseum d’Amsterdam. Nous avons choisi avec soin une histoire picturale pour chaque espace. Ensuite, nous avons agrandi, découpé, déformé ou projeté les œuvres. Le résultat est aliénant tout en évoquant des éléments reconnaissables. Ce jeu avec l'image totale permet d'obtenir constamment des perspectives différentes. Comme c'est le cas pour la façade extérieure. Cela donnera certainement à réfléchir aux visiteurs. » Mulder approuve de la tête : « Cet aspect ajoute, comme l'ensemble de notre projet, une histoire au plan du maître d'ouvrage, au bâtiment. » Il rit : « En ce sens, nous sommes peut-être davantage des conteurs d'histoires que des techniciens. »

 

Novotel-Hoofddorp-11.jpg
Novotel-Hoofddorp-16.jpg
Novotel-Hoofddorp-15.jpg
Détails du projet
Projet: Novotel
Architecte: Mulderblauw architecten
Lieu: Hoofddorp (Pays-Bas)
Achèvement: 2015
Série de carreaux Mosa: Custom design
Plus d'information

Les conseils et le soutien que nous fournissons doivent répondre à des exigences élevées. Concrètement, cela signifie que nous essayons d’établir un dialogue. Ce qui vous intéresse nous intéresse aussi. Vous avez des questions concernant ce projet ou vous souhaitez discuter des possibilités en la matière?

    Contacter Mosa